Dhafer Youssef et Tigran Hamasyan

jazz-juin
Date: 1 septembre 2018 - 31 décembre 2018

Dhafer Youssef et Tigran Hamasyan

Dhafer Yousef

J'ai déjà parlé de ce musicien tunisien et également de Tigran Hamasyan pianiste arménien, qui l'accompagne dans ce morceau.
"Les Ondes Orientales" est une belle illustrations de ce Jazz fusion, mais aussi de la capacité des musiciens à improviser.
Que dire de la voix de Dhafer! Incroyable.

Voici ce morceau en vidéo accompagné par Tigran Hamasyan

Cliquer sur l'image

Dhafer est né en Tunisie en 1967.
Il entame sa carrière musicale dès l'âge de dix ans en chantant à l'occasion de mariages dans son village natal.
Remarqué pour la qualité de sa voix, il acquiert une certaine notoriété au niveau local
et se voit invité plusieurs fois sur Radio Monastir.

Il s'installe à Vienne (Autriche) entre 1989 et 1999 et vit depuis à Paris (France).
Sa musique est nourrie de traditions soufies, de lyrisme arabe, d'influences multiculturelles
et d'une instrumentation puisée dans le jazz et l'improvisation.
Cette influence s'est faite sentir depuis son premier opus où il joue dans son propre groupe baptisé Ziryab,
du nom du célèbre musicien andalou, puis dans son deuxième trois-titre (1996) où il s'illustre par sa vocalisation,
notamment sur le morceau El Hobb el Hindi (L'Amour indien),
ainsi que dans un album composé pour une pièce de théâtre à Vienne ;
on en retiendra notamment le titre Galbi ala Galbak, un hymne à sa mère.

Parmi ses collaborations notables figurent des duos avec Paolo Fresu, Nguyên Lê, Bugge Wesseltoft, Omar Sosa, etc.

Tigran Hamasyan

Tigran Hamasyan est un pianiste de Jazz Arménien.
En 1997, quand sa famille déménage à Erevan, il étudie Duke Ellington, Thelonious Monk, Charlie Parker,
Art Tatum, Miles Davis, Bud Powell.
À cette même période, il met au point ses premières compositions.
L'année suivante, sa participation au premier festival de jazz d'Erevan lui permet de se faire remarquer
et de se faire inviter pour de prochains concerts et sessions.
Lors du second festival de jazz d'Erevan en 2000, alors âgé de 13 ans, il attire l'attention
de Chick Corea, Avishai Cohen, Jeff Ballard ou encore Ari Roland1.
Il rencontre le pianiste Stéphane Kochoyan qui va l'aider à se faire connaître en Europe.
En 2001, ce dernier l'invite à plusieurs festivals en France. Le jeune musicien fait alors la connaissance de légendes
comme Wayne Shorter, Herbie Hancock, John McLaughlin ou Joe Zawinul
et de musiciens comme Danilo Perez et John Patitucci1.
En 2003 et 2004, il participe au Festival de Jazz de Serres, dans les Hautes-Alpes, où il revient en 2009
pour un duo avec Fanny Azzuro dans le cadre de Jazz & Classique. (Wikipedia)
C'est un remarquable improvisateur et un virtuose du clavier.
Son évolution vers le Rock progressif me laisse un peu sceptique.
Je préfère vous faire découvrir une autre facette de ce pianiste au travers de son exploration de chants sacrés arméniens
dans le cadre du Berklee Middle Eastern Festival sous le cadre du label ECM.
Fabuleuse interprétation.

cliquer sur l'image



Toujours avec le label ECM on le retrouve aussi en compagnie de musiciens nordiques
dans "atmosphères" Live North Sea Jazz 7 juli 2017 fidèles à la devise de ce label: "le plus beau son après le silence"

Proolixe, vous trouverez beaucoup d'enregistrement de ce musicien sur Youtube

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir